Jack Is Back (à sable)

jack bauer

Petit hommage en passant au Grand Mufti de l’Almanach Vermot, que les plus jeunes d’entre vous ne connaissent sans doute pas: Bruno Masure…

Si personne n’attendait un come back de Bruno pour le 20 heures de TF1 ou France 2 (1984-1997), peu de gens, non plus, souhaitaient le retour de Jack Bauer pour une -combien déjà ? 9 ou 10 ème saison ? La série 24 heures chrono a phagocyté le paysage sérial-télévisé des années 2000-2010, comme l’avait fait Bruno Masure pour le journal télévisé, la décennie précédente. La série américaine s’est arrêtée en 2010, mais la simple vision des deux premiers épisodes de la nouvelle fournée nous replonge dans un univers que l’on jurerait beaucoup plus ancien. On avait peur en fait que le Jack se soit assagi, n’ait plus envie de sauver le monde – ou du moins le monde « libre » – qu’il soit devenu écolo-compatible, peut-être pacifiste et pourquoi pas démocrate… Le premier signe encourageant était bien sûr que la série soit toujours une commande de la Fox. Avec un tel parrainage on est sûr que le vilain sera vilain et que le gentil sera… gentil… selon les critères d’une chaîne hautement réac comme la Fox, bien sûr…

Loin des séries modernes où la durée permet d’explorer la psyché des personnages et ainsi de nous les rendre plus « réels », 24 Heures Chrono nous a toujours délivré un seul et même message tout au long des saisons visionnées : « laissez faire les pros, ils se prennent des baffes, font des choses pas très propres, cassent du basané plus que de raison, -dans le doute, hein…- mais c’est pour sauver ton petit cul d’habitant de l’Occident victorieux, alors tes atermoiements et doutes, tu sais où tu peux te les mettre… »

Une fois évacuée la question de la psychologie des personnages, reste la question essentielle pour Jack et la survie de la série : est-ce que le festival pyrotechnique, les explosions, cascades et ce p***** de chrono sur écran splitté avec sa musique flippante, peuvent nous tenir encore en éveil et nous pousser à nous enfiler la nouvelle saison avec plaisir (coupable le plaisir, mais plaisir quand même, comme quand on joue à un Call Of) : trop tôt pour le dire. Signe encourageant sur le monolithisme du Jacquot : quand il débarque chez les hackers où s’est réfugiée Chloé et sa moue éternelle, il assène au chef ses quatre vérités car ces petits c*** n’ont rien trouvé de mieux que de mettre sur le net secrets militaires et exactions qui vont avec (Edward Snowden si tu te sens visé…), sans penser à la sécurité des agents ainsi dénoncés à la vindicte populaire et surtout à la vengeance des méchants… Pris en faute, les hackers ne sont pas loin de regarder leurs pompes et d’avaliser le message (« y-a des choses qu’elles sont pas belles mais qui doivent pas être divulguées, point-barre »). Sacré Jack !! Allez, rien que pour ça…

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s